De l’opposition distanciel/présentiel à la complémentarité synchrone/asynchrone dans la formation professionnelle

La #CriseCovid dans le domaine de la formation professionnelle a remis en jeu l’opposition présentiel/distanciel qui, d’après-moi, s’est transformée en problématique synchrone/asynchrone.

Explications.

Il est devenu en effet inéluctable pour nombre de nos clients et stagiaires de devoir transférer les formations présentielles en distanciel.

Soit.

Mais comment ?

synchrone asynchrone

Développement de l’asynchrone

Plusieurs options : transférer les programmes de formation vers des dispositifs asynchrones (modules e-learning, vidéos, auto-formation) et/ou vers des dispositifs incluant du distanciel synchrone (classe virtuelle, classe à distance, webinaire).

L’année qui vient de s’écouler nous apporte plusieurs enseignements :

– le distanciel asynchrone a été d’avantage sollicité. On parle de +20 à 30% d’activité chez les PurePlayers asynchrones.

Et en effet, solliciter les salariés pour s’auto-former, où ils veulent, quand ils veulent, comme ils veulent, peut être une option attirante. Surtout lorsqu’ils sont en activité restreinte. « Le Netflix de la formation »…

Néanmoins, et nous le savons depuis plus de 15 ans, les taux de complétion de ces dispositifs restent insatisfaisants. Seulement 10 à 25% des apprenants vont au bout d’un dispositif totalement asynchrone. Et je ne vois pas la gamification, l’IA ou le mobile et casual learning (notions éculées bien avant la crise Covid) inverser significativement la tendance dans les 2 ou 5 prochaines années.

Avantages du synchrone

Parallèlement, le distanciel synchrone présente de nombreux avantages :

  • la durée de formation est clairement identifiée.

Beaucoup plus facile en effet de justifier une présence de 7heures en synchrone qu’en asynchrone… (et sérieusement, qui passe 7 heures sur des vidéos et/ou des modules e-learning ??)

  • Le contact humain et les interactions. Une formation synchrone c’est en effet la présence d’un animateur, l’échange de problématiques, de bonnes pratiques. En temps réel. Un temps fort vécu collectivement. 
  • la réduction des coûts de formation. Pas de déplacements, pas d’immobilisation ou de location d’espaces.
  • L’expérience utilisateur. Quel plaisir d’avoir entendu des stagiaires me dire qu’ils avaient préféré la visioformation à la formation en salle. Quelques verbatims : « je me sens plus à l’aise », « je n’ai pas à me déplacer tout en vivant une expérience collective », « les jeux et mises en situation sont plus fluides grâce aux outils mis en place ».

Les défis à relever

LIRE LA SUITE sur Linkedin…