Étude : langages préférés des développeurs et technologies émergentes

SlashData dresse un état des lieux des langages populaires auprès des développeurs, leurs usages et leurs centres d’intérêt durant ce 1er trimestre 2021.

langages informatiques formations conseils

Dans le cadre de son 20e rapport semestriel State of the developer nation, SlashData a interrogé plus de 30 000 développeurs dans 160 pays. Cette étude permet de dresser un état des lieux des préférences des développeurs, notamment en ce qui concerne les  langages de programmation. Elle met aussi l’accent sur les types de données avec lesquels ils travaillent le plus ou encore l’attrait des développeurs envers les technologies émergentes.

JavaScript toujours en tête des langages préférés des développeurs

LIRE LA SUITE…

Démissionner et toucher le chômage : c’est possible mais les demandes restent rares

Il existe aujourd’hui deux procédures pour toucher le chômage après avoir démissionné d’un CDI : avoir un projet professionnel solide ou relever d’un des cas de démission dite « légitime » dont la liste vient d’être rallongée pendant la pandémie. Cadremploi fait le point sur la popularité de ces mesures. Si elles sont moins utilisées que prévu, c’est d’abord parce qu’elles restent complexes à mettre en place comme le souligne le médiateur national de Pôle emploi dans son rapport publié le 4 mai.

Recherche emploi

En règle générale, le salarié qui démissionne ne peut prétendre à être indemnisé par l’assurance chômage puisqu’il ne perd pas son emploi involontairement. Mais il existe deux motifs de démission qui font exception :

  • Avoir un projet professionnel solide et validé par une commission
  • Relever de la « démission légitime »

Seulement 6 300 démissionnaires pour « projet professionnel » indemnisés

Le dispositif « démission pour poursuivre un projet professionnel », entré en vigueur un peu avant la Covid, le 1er novembre 2019, ouvre la possibilité à certains salariés démissionnaire d’un CDI, de bénéficier de l’allocation de retour à l’emploi (ARE)

Il concerne deux types de projets professionnels :

  • une reconversion qui nécessite une formation
  • une création ou reprise d’entreprise

Pour y avoir droit, il faut remplir toutes ces conditions :

  • Avoir travaillé pendant 5 ans en continu avant la démission
  • Avoir été accompagné en amont de la démission dans le cadre du dispositif Conseil en évolution professionnelle (CEP) réalisé par un organisme agréé
  • Avoir un projet réel et sérieux validé par une commission paritaire « Transitions Pro »

Sur les 14 premiers mois d’existence de cette mesure, l’Unedic (donc le financeur des indemnités chômage) enregistre 6 300 ouvertures de droit au chômage motivés par ces types de projet professionnel. Et ne note pas d’accélération majeure du nombre de demandes depuis le début de la crise Covid mais plutôt « un creux ». On est en tout cas très loin du régime de croisière de « 17 000 à 30 000 démissions indemnisés » annoncés en 2019. 

A cela plusieurs explications possibles : le retard à l’allumage digital de beaucoup d’organismes de formation, a empêché les stagiaires de s’inscrire à des formations en vue d’une reconversion…..

 

LIRE LA SUITE…

L’histoire de la formation professionnelle

La définition communément acceptée de la formation est qu’il s’agit d’un processus d’apprentissage qui permet à un individu d’acquérir le savoir et le savoir-faire (habiletés et compétences) nécessaires à l’exercice d’un métier ou d’une activité professionnelle. Ainsi, le métier de formateur d’adulte est un métier relativement nouveau. En France, la loi de 1971 sur la formation professionnelle en a favorisé l’émergence.

FNE formation coronavirus

1939 :  La formation professionnelle continue s’organise autour d’un dispositif juridique qui apparaît pour la première fois.

1946 : Inscription dans le préambule de la Constitution, la formation va faire l’objet d’un ensemble de dispositions, passant d’une conception individuelle de la formation (loi Debré en 1959 sur la promotion sociale) à une approche étatique par laquelle c’est à l’Etat et à lui seul, d’intervenir dans le domaine de la formation (loi du 30 décembre 1966).

1970 : Un accord national interprofessionnel (ANI) signé par les partenaires sociaux introduit pour la première fois le principe de la formation professionnelle prise sur le temps de travail
 
 
 

De 1981 à 1990

1981 : Un Ministère de la formation est créé

Un plan à trois dimensions pour accélérer la transformation de la formation

Les contours du plan de modernisation de la formation se précisent. Le Haut-Commissariat aux compétences qui pilote sa mise en œuvre va actionner, d’ici au mois de septembre, trois leviers complémentaires pour faire émerger de nouvelles approches pédagogiques, soutenir l’innovation et accompagner la mutation des prestataires. Entretien avec la haut-commissaire Carine Seiler.

management

Le monde de la formation s’apprête à entrer de plain-pied dans l’ère du digital. C’est du moins l’ambition du plan de modernisation du secteur piloté par le Haut-Commissariat aux compétences dans le cadre de France Relance. Dotée de 300 millions d’euros, cette initiative vise à accélérer l’intégration du numérique dans les pratiques des prestataires et, par ricochet, à « développer le secteur de l’EdTech pour faire de la France un leader de l’innovation pédagogique », lance Carine Seiler, haut-commissaire aux compétences. Ce plan « qui n’a pas d’équivalent en Europe » selon elle, fait l’objet d’une préparation concertée afin de tenir compte des attentes de la profession et d’engager le secteur dans une « transformation globale et durable » qui se traduira notamment « par des logiques de mutualisation et de travail en réseau plus fortes à l’avenir ».

Soutenir l’innovation par un appels à projets

 

LIRE LA SUITE…