8 conseils pour trouver un job en pleine crise

C’est la question du jour!

Le marché de l’emploi ne vit pas ses plus beaux jours, c’est un fait. Mais ça ne veut pas dire que trouver un job dans ces conditions est impossible ! Voici quelques pistes à creuser pour optimiser vos chances de décrocher le sésame.

trouver un emploi

Malgré une insertion professionnelle globalement au ralentie, les entreprises continuent de recruter ! Pour mettre toutes les chances de son côté, le candidat doit être conscient que les stratégies et les organisations des entreprises ont changé. Pour sortir du lot, faites preuve d’agilité et montrez que vous avez bien compris les enjeux actuels du marché !

Être judicieux dans ses recherches

 

LIRE LA SUITE

« Le gouvernement revient sur des dispositifs mal financés par la réforme »

Davantage de fonds pour le FNE (Fonds national emploi) formation, dotations sur les compteurs CPF… Un webinaire CESI/News Tank RH analyse les coups de pouce financiers en matière de formation professionnelle et d’apprentissage, à l’occasion de cette rentrée 2020.

mon compte formation

« Une rentrée riche en changements mais évolutive du fait des débats engagés entre gouvernement et partenaires sociaux ». C’est en substance l’analyse formulée par les animateurs du webinaire du 15 octobre intitulé « Rentrée 2020 : Les points clés à retenir en matière de formation professionnelle et d’apprentissage » : Arnaud Brizé, juriste spécialisé en droit de la formation et de l’apprentissage, au sein de CESI (Campus d’enseignement supérieur et de formation professionnelle), et Fabien Claire, directeur associé et directeur de la rédaction de News tank RH.

 Changements sur le FNE formation au 1er novembre

 

LIRE LA SUITE

Congé de mobilité plus attractif, CPF transition ciblé… ces pistes pour favoriser la reconversion des salariés

Lors d’un groupe de travail organisé ce lundi 5 octobre, le ministère du Travail a fait trois propositions pour encourager la reconversion professionnelle des salariés.

cif

Le gouvernement met le paquet sur la reconversion professionnelle. Après avoir déjà annoncé, dans le cadre du plan de relance, un effort de 400 millions d’euros pour financer la formation des salariés en reconversion, l’exécutif veut en faire encore plus. Lors d’un groupe de travail, organisé ce lundi 5 octobre avec les partenaires sociaux, le ministère du Travail a ainsi proposé trois nouvelles pistes pour inciter les entreprises à utiliser davantage certains dispositifs visant à favoriser la reconversion des salariés. Le but est notamment d’encourager leur mobilité entre les différentes branches professionnelles.

Ces propositions sont désormais entre les mains des partenaires sociaux et une nouvelle réunion sera organisée d’ici fin octobre pour faire un point plus avancé sur le sujet. Si les pistes du ministère du Travail sont retenues, les dispositifs existants devront faire l’objet de modifications législatives, sans doute dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS). Voici les trois pistes de travail proposées par le ministère du Travail pour booster les projets de reconversion des salariés.

LIRE LA SUITE

Quel gâchis! Le Cif avec les Fongecif fonctionnait très bien!

Le système de formation professionnelle est-il financé ?

La réforme de 2018 a transformé le système de formation en profondeur, et notamment ses circuits de financement. Mais elle n’a pas modifié l’enveloppe globale : les entreprises continuent à payer entre 1,23 % et 1,68 % pour financer la formation professionnelle et l’apprentissage. Sans surprise, selon un rapport public datant du printemps 2020, le compte n’y est pas, et le système pourrait s’avérer rapidement déficitaire. Et l’épidémie n’a pas arrangé la situation. Où en est-on ?

Financement formation

D’une logique d’enveloppe à une logique de guichet

Début septembre, l’inspection générale des finances (IGF) et l’inspection générale des affaires sociales (Igas) ont publié un rapport conjoint, daté d’avril 2020, consacré aux « Conséquences financières de la réforme de l’apprentissage et de la formation professionnelle ». L’objectif du rapport est d’évaluer le coût de mise en œuvre de la réforme et de confronter celui-ci aux ressources correspondantes, en effectuant des projections jusqu’en 2023.

Le rapport explicite un point souvent éludé dans les débats sur le système de formation : la nouvelle réforme introduit, pour une partie de la dépense, une logique de guichet, là où prévalait auparavant, au moins dans les faits, une logique d’enveloppe. Avant les réformes de 2014 et 2018, la contribution des entreprises à la formation et à l’apprentissage faisait l’objet d’une répartition entre les OPCA et entre les dispositifs (plan de formation, DIF, CIF…). La logique qui thttps://www.managementdelaformation.fr/reforme-formation-professionnelle/2020/10/06/le-financement-de-la-formation-professionnelle-3-le-systeme-est-il-finance/endait à s’établir était celle du « premier arrivé, premier servi ». Mais la dépense était limitée à l’enveloppe totale.

 

LIRE LA SUITE