France compétences confirme l’alignement de l’enseignement supérieur sur les exigences de Qualiopi

La conférence annuelle « qualité de la formation » organisée par France compétences le 3 novembre dernier établit la convergence entre les référentiels du Hcéres (Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) et de la CTI (Commission des Titres d’Ingénieurs) avec la nouvelle certification Qualiopi.

conférence qualiopi

Le déploiement de la nouvelle démarche qualité inscrite dans la loi du 5 septembre 2018 franchit une nouvelle étape dans le champ de l’enseignement supérieur. Comme prévu par la loi, France compétences a organisé le 3 novembre dernier la conférence annuelle « qualité de la formation » avec le Hcéres et la CTI. Cette conférence a confirmé la correspondance des référentiels des deux instances de régulation de l’enseignement supérieur avec les exigences de Qualiopi.

 

La convergence est-elle totale?

LIRE LA SUITE

Formation : un nouveau dispositif sur les rails

La ministre du Travail, Elisabeth Borne, a annoncé la création d’un nouveau dispositif de formation, baptisé « Transition collective ». Voici à quoi il devrait ressembler.

formation

1 Quel est ce nouveau dispositif ?

 

2 Quelle prise en charge ?

Selon les premiers éléments communiqués par le ministère du Travail, la rémunération et la formation des salariés sera intégralement prise en charge par l’État pour les entreprises de moins de 300 salariés. Elle sera de 75 % pour les entreprises de 300 salariés jusqu’à 1 000 salariés et de 40 % pour les entreprises de plus de 1 000 salariés. Le coût pour l’État est évalué à 500 millions d’euros au total, dans le cadre du FNE formation (Fonds national pour l’emploi).

3 À partir de quand ?

LIRE LA SUITE

 

Guide crypto : Tout comprendre à la blockchain

Tout le monde en a entendu parler, mais peu parviennent à se faire une idée précise de ce qu’est la blockchain. Et pour cause, beaucoup d’articles qu’on peut trouver sur le sujet sont truffés d’anglicismes et de mots tirés du jargon de la bourse et des informaticiens. De fait, on peut vite avoir l’impression que cette technologie, qui se rattache au Bitcoin et aux crypto-monnaies, ne peut intéresser que les experts.

Cette technologie révolutionnaire permet des échanges rapides de valeurs ou d’informations en pair-à-pair, en toute transparence et sans intermédiaire. Au-delà du Bitcoin et du monde des crypto-monnaies en général, ce concept trouve de nombreuses applications dans notre quotidien et est appelé à prendre de plus en plus d’ampleur dans un avenir proche. C’est pourquoi il n’est pas inutile de comprendre ce dont il s’agit, comment cela fonctionne, quels en sont les avantages et les inconvénients, et quels en sont les usages potentiels.

 

LIRE LA SUITE

Confinement : « Ce qu’il faut absolument éviter, c’est la dette de sommeil !

Insomnie, réveils nocturnes, difficultés à s’endormir… Les troubles du sommeil sont une des conséquences du confinement et des changements de rythme qu’il entraîne, mais aussi des angoisses et des ruminations suscitées, plus largement, par la crise sanitaire et économique. Que faire pour assurer le bon fonctionnement de notre horloge biologique ? Comment retrouver de l’énergie ? Interview de Catherine Borie, naturopathe, auteure du livre Zen et en forme, 10 séances d’autocoaching pour réconcilier sérénité et efficacité (Vuibert).

sommeil

Pourquoi le confinement dérègle-t-il notre sommeil ?
Les troubles du sommeil peuvent résulter de nos habitudes de vie comme le manque de lumière du jour ou d’activité physique, l’usage des écrans le soir… ou encore de notre état interne comme le stress, l’anxiété, l’inquiétude… Durant cette période de confinement, ces causes sont exacerbées. Même s’il fait beau, nous ne pouvons pas profiter pleinement de la lumière du jour en extérieur et nous bougeons beaucoup moins. Au-delà de la pratique d’une activité sportive, hors confinement, nous avons plus d’occasions d’être en mouvement : marcher dans les couloirs au bureau ou prendre les transports en communs, c’est déjà bouger plus qu’arpenter les pièces de nos logements.

Ajoutons à cela l’anxiété liée à cette situation inédite, le stress de la surcharge de travail à accomplir pour certains (activité professionnelle accrue en situation de télétravail dégradé sur fond de continuité pédagogique pour les enfants…) ou celui du manque de travail pour d’autres, l’inquiétude liée à la maladie et à l’après-confinement… Il y a donc plein de «bonnes raisons» de mal dormir en ce moment !

Quels sont les signes qui doivent nous alerter ?

 

LIRE LA SUITE