FranceConnect+ : identité numérique et achat de formation

FranceConnect+ débarque sur Mon Compte Formation. On vous explique dans cet article la marche à suivre pour activer votre identité numérique.

Lire l’article complet sur : blog.7speaking.com

 

FranceConnect+ : identité numérique et achat de formation

 

Merci pour cet article de Clarisse Community manager chez 7 speaking. Fallait-il alourdir les procédures et risque de décourager les utilisateurs ? 

La monétisation des heures (DIF) CPF n’a pas fait que du bien et des profiteurs de tout poil ont vu venir le filon. Difficile de rétablir les choses alors qu’avant le DIF était simplement un compteur d’heures. C’était sans intérêt ! Mais aujourd’hui c’est de l’argent tout frais et des petits génies ont vite fait de s’emparer de l’affaire pour développer des pratiques limites frauduleuses. Et qui en souffre ? Les personnes qui ont vu leur compte détourné, mais aussi les OF traditionnels qui n’ont pas su se positionner dans ce nouveau marcher. Autrefois, le marketing était interdit sur la gratuité des formations et donc, les anciens OF n’ont pas passé le pas. Tant mieux, ils sont d’autant plus crédible ! Mais alourdir un dispositif qui est déjà fort compliqué donne un petit air de faillite d’un système. Qu’en pensez-vous ?

 

Alors ! FranceConnect+ : identité numérique et achat de formation suivrez-vous les conseils de Clarisse ?

Organisme de formation : contrôlez les diplômes des personnels intervenant dans vos formations

Les organismes de formation doivent justifier des titres et qualités des personnels d’enseignement et d’encadrement qui interviennent à quelque titre que ce soit dans les prestations de formation qu’ils réalisent, et de la relation entre ces titres et qualités et les prestations réalisées dans le champ de la formation professionnelle (article L6352-1 du Code du travail).

Le non-respect de cette obligation peut conduire, après contrôle, à l’annulation de la déclaration d’activité (article L6351-4 du Code du travail), voir à une sanction pénale (amende de 4 500 euros – article L6355-6 du Code du travail). Par ailleurs, si l’organisme de formation ne présente pas « tous documents et pièces établissant (…) les moyens mis en œuvre » – au titre desquels figurent les moyens pédagogiques – pour réaliser les actions de formation, celles-ci sont réputées ne pas avoir été exécutées et donnent lieu à remboursement au cocontractant des sommes indûment perçues (article L 6362-6 du code du travail).

Les enjeux sont donc de taille pour le prestataire de formation. Un arrêt de la Cour administrative d’appel (CAA) de Marseille en date du 18 février 2022, est une illustration de l’application de cette règle et de sa portée.

LIRE LA SUITE…

Formation professionnelle : quand les salariés retournent à l’école

Formation professionnelle : quand les salariés retournent à l’école

 

En 1987, la durée de vie d’une compétence technique était de 30 ans. Selon l’OCDE, elle ne dépasse aujourd’hui pas cinq ans. Cette accélération de l’obsolescence des savoir-faire est l’un des symptômes d’une transformation radicale du monde du travail qui s’est intensifiée suite à la crise du Covid-19. Tous les secteurs sont concernés par cette grande mutation — en partie provoquée par la révolution digitale, qui met de nombreux métiers sous-tension.

« La formation continue représente un moyen de répondre à ces enjeux », juge Guillaume Letzgus, Directeur du Développement Solutions Entreprises à l’Afpa (Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes). « Celle-ci permet non seulement aux salariés de monter en compétences sur leur poste mais aussi de renforcer leur employabilité et leur mobilité. Pour cela, plusieurs nouveaux dispositifs offrent un accompagnement adapté. C’est le cas par exemple de l’Action de Formation en Situation de Travail (AFEST) ou du Pro-A, programme de reconversion ou promotion par alternance au sein de l’entreprise. » Ces dispositifs — qui s’ajoutent à d’autres, comme la VAE (Valorisation des Acquis de l’Expérience) — sont tout particulièrement destinés aux salariés les moins qualifiés, qui ne disposent pas toujours du temps nécessaire pour se former, dans la mesure où leur présence a un impact direct sur les capacités de production de l’entreprise.

Chez Amazon, la formation commence dès le 1er jour dans l’entreprise

LIRE LA SUITE…

Cette plateforme permet de décrocher un emploi sans envoyer de CV

Cette plateforme permet de décrocher un emploi sans envoyer de CV

Sur la nouvelle plateforme “Parfait pour ce job”, ce ne sont plus les demandeurs d’emploi qui postulent aux offres des entreprises, mais les employeurs qui viennent démarcher les candidats. L’objectif : permettre aux établissements rencontrant des difficultés de recrutement d’accueillir de nouveaux talents et faire découvrir des métiers peu connus aux personnes en recherche d’emploi.

Proposer aux demandeurs d’emploi de ne viser ni métier, ni secteur d’activité et d’obtenir un poste pour lequel ils n’ont aucune expérience ou compétence : à première vue, l’idée semble saugrenue. C’est pourtant le pari qu’ont fait les deux créateurs de contenu de la chaîne Youtube “Maintenant j’aime le lundi”, Camille Bertheau et Miguel Muñoz, en lançant la plateforme “Parfait pour ce job” le 5 février dernier. Le principe ? “C’est une plateforme d’emploi inversée”, explique la co-fondatrice, Camille Bertheau. Sur ce site Internet, les usagers ne trouveront pas d’annonces d’emploi ou de moteur de recherche. Les personnes en recherche d’emploi pourront seulement y créer un profil et ce sont les recruteurs qui contacteront directement les sélectionnés parmi la base des demandeurs enregistrés. L’inscription est gratuite, aussi bien pour les demandeurs d’emploi que pour les employeurs.

 

LIRE LA SUITE…