Reconversion : 10 signes qui montrent qu’il est temps de faire une reconversion

En entreprise, il est des signes qui témoignent d’un mal-être ou du sentiment de ne pas être à sa place. Il est possible de lutter intérieurement sans jamais extérioriser leurs besoins, mais attention au burn out.  D’autres préfèrent se bouger!  La reconversion professionnelle est une solution sérieuse qu’il est possible de mettre en place car il existe beaucoup de dispositifs d’accompagnement.

Les 10 signes concrets

Outre le stress, le burn-out et le manque de reconnaissance évoqués en introduction, on peut ajouter la lassitude, la perte de sens, le mal-être dans son environnement professionnel, le manque de perspectives futures, l’absence de motivation, l’extrême fatigue et le tout dernier critère très en vogue : le bore-out ou l’ennui profond !

Tous ces signes sont à prendre très au sérieux…

LIRE LA SUITE…

Et pourquoi faire ?

Par exemple des métiers qui recrutent avec de bons salaire et de l’autonomie

 

Se former pour se reconvertir : un investissement sur l’avenir

Désir de changement, manque d’opportunités d’évolution, espoir d’un meilleur salaire, envie d’une nouvelle carrière… les raisons pour souhaiter changer de métier sont diverses. Mais pour réussir sa reconversion professionnelle, il peut être nécessaire de passer par un bilan de compétences puis par une formation.

Se former pour se reconvertir : un choix que font de nombreuses personnes.

Il est aujourd’hui très rare de passer toute une carrière au sein d’une même entreprise, et avec l’évolution des mœurs professionnelles, avoir envie de changer de métier est aussi devenu acceptable. Il existe même des dispositifs et organismes qui peuvent aider ceux qui le souhaitent à se forger une nouvelle carrière.

Formation reconversion qu’en pensez-vous?

 

Comment changer de métier ?

Pour réussir une reconversion professionnelle, il vaut mieux suivre quelques étapes :

  1. La première est de réaliser votre situation : le travail ne convient plus et le burnout n’est pas loin.
  2. La seconde est l’analyse : pourquoi cette lassitude, et comment la surmonter ?
  3. La troisième est la décision : la solution arrive assez vite : il faut se reconvertir, mais comment faire ? C’est facile de prendre conscience des des difficultés et des sacrifices, notamment financiers, qu’il faut faire, au moins au commencement du projet.
  4. La dernière est la concrétisation du projet : démissionner, suivre une solide formation et rechercher un nouvel dans le nouveau secteur de prédilection.

Un bilan de compétences, n’est pas inutile

Le bilan de compétences aide à réussir la démarche de reconversion. C’est paradoxal, mais quelque fois, il permet de réaliser que le métier que vous faite est bien pour vous, mais qu’il faut tout simplement changer les conditions de l’exercer. Il peut y avoir une mauvaise ambiance dans l’équipe, des difficultés avec le N+1, la solution n’est pas forcément dans le changement de métier. Ensuite, si la reconversion est inévitable, le bilan de compétences permet de découvrir  les connaissances techniques qui vous manquent pour exercer ce nouveau métier et donc de savoir si, se former pour se reconvertir est obligatoire, et sur quels points.

Se former pour se reconvertir : c’est inévitable

C’est évident qu’il faut se former. Se former pour se reconvertir n’est donc pas seulement une question d’ici et tout de suite : c’est aussi une façon de se préparer à endosser de futures responsabilités à ce nouveau poste. Outre les compétences purement techniques, il vous faudra en effet peut-être acquérir des réflexes relationnels, en management, gestion d’équipe ou relation clientèle par exemple. Si c’est dans les métiers de l’informatique, Ziggourat peut vous proposer plusieurs formation : 

 

Reconversion : Bien choisir sa formation

Qui dit reconversion professionnelle dit en général formation. Du choix de celle-ci dépendra en grande partie la réussite de votre projet. 

Mais quand on sait que la France ne compte pas moins de 60000 organismes de formation, comment s’y retrouver dans ce dédale d’offres en tout genre et surtout, s’assurer de choisir la bonne ? 

Ziggourat propose quelques astuces qui devraient vous y aider.

Envie de changer de métier, de secteur, de créer votre boîte, de gagner en responsabilité, de vous former… Bref, envie de donner un nouvel élan à votre vie professionnelle. Voici un projet d’envergure. En effet, une reconversion professionnelle est une décision qui nécessite réflexion et engagement. Avant de vous lancer à corps perdu dans la recherche d’une formation et de vous inscrire, il faudra vous pencher sérieusement sur votre projet. 

Définir son projet professionnel permet d’aborder plus sereinement les étapes nécessaires à sa construction et de mieux aborder les obstacles qui pourraient se présenter.

Avez-vous toutes les compétences requises pour exercer le nouveau métier convoité ? Devez-vous obtenir un diplôme, une certification ou suivre une formation pour développer de nouvelles compétences ? Pensez-vous créer votre propre entreprise ? 

Il est important dans vos critères de choix que le programme de formation soit réellement en adéquation avec vos besoins et les réalités métier. Opter pour des formations opérationnelles généralement plus courtes qui débouchent sur un certificat ou un titre professionnel semble donc être une excellente idée en cas de reconversion. Choisir de se lancer dans une formation certes aux contenus intéressants mais trop intellectuels et n’offrant pas de débouchés professionnels ne servira à rien.

Quels sont les secteurs, les métiers ou encore les régions qui recrutent ? Quelles sont les compétences convoitées par les recruteurs ? Autant de questions qui doivent vous guider dans votre choix. L’objectif de votre formation est bien de vous réorienter rapidement vers l’emploi souhaité et non de se trouver dans une voie sans issue où il faudra repartir à 0. La meilleure façon de s’en faire une idée est de consulter les statistiques d’insertion professionnelle de la formation ou de s’entretenir avec des anciens stagiaires qui ont suivi votre parcours.

Intéressez-vous aussi au taux de retour à l’emploi pour ceux qui ont suivi cette formation car c’est un vrai gage de qualité. 

Par exemple voici 4 formations dans des métiers qui recrute

 

La concurrence est rude sur la marché du travail et les recruteurs recherchent des candidats bien formés. Pour se démarquer, il convient de pouvoir convaincre rapidement les recruteurs potentiels. Avant de vous inscrire, assurez-vous que la formation délivre une certification ou un diplôme afin de sécuriser votre parcours professionnel et de rassurer les employeurs. Est-il reconnu par l’Etat et/ou les entreprises ? Est-ce une certification RNCP, un titre professionnel ou un diplôme universitaire ? En comparant les diplômes proposés par différents types de formations, vous disposez également de bons éléments de décision.

 

Choisir un bon centre de formation expert compétences

Lire la suite…

Reconversion : Oui, à 50 ans c’est possible!

C’est vrai faire une reconversion n’est pas simple, et retourner en formation ou changer de métier à 50 ans paraît difficile. En plus il y a les difficultés de la vie (crédits, personnes à charge, etc.). Il faut être sûr de soi car chaque âge possède ses forces et ses atouts.  On vous dit tout : Dans les métiers de l’IT, des formations sont ouvertes justement pour des publics en reconversion.

Quel a été votre parcours ?

Ecoutons Catherine Delaballe :  Mon parcours d’assistante de Direction est atypique dans le sens où cette fonction transverse m’a permis de travailler dans des secteurs très différents tout en changeant de poste tous les 3-4 ans. Ainsi, au fil de mes premières expériences j’ai intégré le secteur bancaire, celui des logiciels dans une société américaine, puis l’Éducation nationale. J’ai ensuite saisi des opportunités au sein de cabinet d’avocats spécialisés. Cela a constitué un tournant et tracé le chemin de ma reconversion actuelle vers les métiers du droit. Devenue assistante de la directrice juridique d’un grand acteur de la réparation automobile, j’ai pu mettre en pratique mes connaissances, notamment en propriété intellectuelle et droit des sociétés.