Qualiopi

Le ministère du Travail relance le chantier de la qualité de la formation

La boîte à outils des professionnels de l’apprentissage, de la formation et de l’évolution professionnelles

Lire l’article complet sur : www.centre-inffo.fr

 

Consolider le système qualité Qualiopi

Socle du volet qualité de la réforme de 2018, le référentiel national unique co-construit avec les professionnels de la formation, ne devrait pas être remis en question dans ses fondamentaux. Mais, ses exigences, notamment en matière d’apprentissage, pourraient être précisées dans le guide de lecture. Les organismes de formation se sont approprié les indicateurs et ont amélioré leurs process. Toutefois, ils sont encore nombreux à y voir, avant tout, une contrainte administrative sans appréhender le sens d’une démarche qualité (voir encadré). D’autres évolutions sont attendues sur les modalités d’audit et sur l’accréditation des certificateurs Qualiopi par le Cofrac. A l’heure d’un premier retour d’expérience, les pratiques des auditeurs, les durées d’audit- en particulier celles de l’audit de surveillance- remontent du terrain et vont être réinterrogées. Autre sujet sur lequel le groupe de travail est invité à faire des propositions, l’accréditation et la capacité du Cofrac à contrôler les organismes certificateurs doivent être renforcées. A la fin de l’année dernière, l’un d’entre eux a été épinglé pour des pratiques douteuses et a perdu son accréditation. Sur le marché très convoité du CPF, le portage Qualiopi a nourri des fraudes. Le législateur prévoit dans la loi du 19 décembre 2022 visant à lutter contre la fraude au CPF une disposition imposant aux sous-traitants d’organismes de formation intervenant sur la plateforme l’obtention de la certification qualité. Le décret d’application fait l’objet d’une concertation avec les acteurs de la formation

Arnaques au CPF : Le Sénat adopte à l’unanimité l’interdiction du démarchage commercial

Le montant de la fraude au CPF en 2021 est estimée à 43,2 millions d’euros

Lire l’article complet sur : www.20minutes.fr

Le montant de la fraude au CPF en 2021 est estimée à 43,2 millions d’euros

Lire l’article complet sur : www.20minutes.fr

Cette mesure va nous faire du bien !  En revanche, elle est déjà contournée… La seule solution, à notre avis, est de revenir à des comptes CPF en heures et non pas en Euros. Ce sont les euros qui attirent les aigrefins !

Maintenant, l’argent de la formation est tellement dilapidée que ces mesures ne permettent pas de mieux former et de mieux travailler avec des organismes de formation sérieux.

Il y a trop de dossiers refusés (toujours un sur deux chez Transition Pro) et pour Pôle Emploi (si vous n’êtes pas conventionné c’est carrément aucun financement possible). Le conventionnement n’est pas une mauvaise chose, mais il montre que le secteur économique de la formation est totalement aux mains de l’état. Les entreprises sont dépouillés de leur liberté de financer des formations utiles pour leur développement.

Comment ajuster le CPF et le rendre encore plus performant en 2023 – CPFormation

2023 s’annonce sous le signe de la régulation pour la formation des actifs. Mais comment réguler cette offre de formation continue tout en sauvant le CPF ? Nous vous proposons ci-dessous une synthèse des pistes possibles notre avis.

Lire l’article complet sur : cpformation.com

Nous n’avons pas fini de parler du CPF !

Voici la liste des pistes étudiées :

  • Faire payer les bénéficiaires ?
  • Réduire le champ des formations finançables ?
  • Réintermédier l’accès au CPF ?
  • Cibler les publics bénéficiaires du CPF ?
  • Réduire le montant annuel par bénéficiaire ?
  • Booster les abondements ?

L’annonce d’un contrôle parlementaire sur France Compétences | ESS, Emploi, Formation, Insertion et bien d’autres choses. | Michel Abhervé

L’intention du Gouvernement d’inscrire au deuxième PLFR 2022 à nouveau 2 milliards d’euros pour France Compétences (voir 2 nouveaux mi

Lire l’article complet sur : blogs.alternatives-economiques.fr

 

Ah! voici des arguments sérieux de la part de nos parlementaires… Le gouvernement renfloue France Compétences, soit ! mais où va l’argent de la formation quand on sait que la moitié des dossiers de financement sont refusés. L’argent va à l’alternance ? Vraiment ? aux entreprises ? oui absolument mais à la formation ? aux dispenseurs de formation ? Nous aimerions bien savoir… Que vont décider les parlementaires ? Les milliards donnés à France Compétences ne seraient-ils pas mieux utilisés s’ils partaient directement dans la formation ? pour financer des vrais formations, pas le permis de conduire, mais de vrais formations…. Qu’en pensez-vous ?