Le CPF co-construit, priorité de l’État et des Régions !

Afin d’augmenter le recours à la formation et l’utilisation des droits CPF, le gouvernement est passé d’un système CPF entièrement autonome, c’est-à-dire à l’initiative du salarié, à un système co-construit avec les entreprises.

mon compte formation

Bilan de l’application Mon Compte Formation

Depuis plus d’un an, le gouvernement a lancé l’application MonCompteFormation. Elle permet à chaque personne de gérer son crédit CPF.

Le recours au CPF pour financer sa formation est de plus en plus dynamique. En un an, l’application a déjà connu plus de 13 millions d’utilisateurs pour 1 million de formations suivies.

L’anglais et le permis de conduire B sont les deux formations les plus recherchées sur l’application.

Quelques modifications devraient être ajoutées à l’application afin de lutter contre les arnaques, ajouter les avis utilisateurs ou encore augmenter l’amélioration du moteur de recherche.

Ce sont principalement des cadres qui profitent de ce dispositif, mais de plus en plus de salariés et de techniciens l’utilisent pour se former et gagner en compétences.

Droits à la formation et ouverture aux entreprises pour le CPF co-construit

Le CPF a remplacé le DIF en 2015. Il est possible de transférer ses heures sur son compte CPF jusqu’en juin 2021. Pour cela, il est nécessaire de consulter vos fiches de salaire. Passé cette date, vos anciens droits seront perdus !

La formation est une des priorités du gouvernement et des régions pour améliorer l’accès et la durabilité de l’emploi. C’est pourquoi depuis septembre 2020, le dispositif du CPF a été élargi.

Nous passons du CPF autonome au « CPF co-construit »

 

LIRE LA SUITE

Pour cette année 2021, prenez le temps de respirer!

Bonne Année 2021

Laissons 2020 derrière-nous! Respirons l’air de 2021. Vous avez 3 minutes? Laissez-vous porter dans ce paysage de neige, c’est un temps de tranquillité, de calme et de bonheur. Posez-vous la question : Est-ce que tout cela a un sens?

Voulez-vous autre chose? Pourquoi? La vie de tous les jours est-elle si insignifiante, si intolérablement stupide qu’il nous faut autre chose? Promenons-nous dans le paysage 2021 pour découvrir que le fait même de vivre est le commencement et la fin. Voir les choses telles qu’elles sont, c’est aussi ne plus se poser la question. 

Est-ce que ce sera le sens de 2021? En attendant, les combats continuent 🙂

« Des ajustements à la loi Avenir professionnel en 2021, si nécessaire » (Elisabeth Borne)

A l’issue de concertations avec les partenaires sociaux au premier semestre 2021, le gouvernement pourrait décider « d’ajuster si nécessaire » la loi Avenir professionnel, affirme la ministre du Travail Elisabeth Borne dans un entretien exclusif accordé à Centre Inffo.

Elisabeth Borne

Centre Inffo – Le plan de relance consacre plus de 15 milliards d’euros à l’emploi et au développement des compétences ? Quelles sont vos priorités ?

Elisabeth Borne – Dans cette période de crise, nous avons trois grandes priorités : préserver les emplois, développer les compétences des salariés et aider chaque jeune à trouver une solution adaptée à ses besoins.

C’est le volet « Emploi et compétences » du plan de relance qui répond à nos deux premières priorités :  plus de 15 milliards d’euros sont consacrés à l’emploi et à la formation. A travers lui, nous mobilisons des moyens et des outils massifs pour éviter les licenciements et préserver le capital humain des entreprises – comme avec l’activité partielle de longue durée. Nous investissons également pour permettre aux salariés de se former, que ce soit pour monter en compétences ou se reconvertir, afin de répondre aux besoins des entreprises et des métiers porteurs, comme avec le « FNE-Formation », la « Pro-A » ou encore avec un nouveau dispositif « transition collective » que nous avons bâti avec les partenaires sociaux. Ainsi, notre objectif est de donner à chacun la possibilité d’accéder à l’emploi et de s’y maintenir durablement, tout en permettant aux entreprises d’avoir les compétences nécessaires pour qu’elles soient plus résilientes et plus compétitives.

Notre troisième priorité, ce sont les jeunes. Avec le plan « 1 jeune, 1 solution », ce sont désormais 7 milliards d’euros (soit un triplement des moyens traditionnellement consacrés à la jeunesse) qui sont investis pour apporter une solution à chaque jeune, quelle que soit sa situation (un emploi, une formation, une mission, un accompagnement). Et les premiers résultats sont là : près d’un million de jeunes ont été embauchés entre août et octobre et l’année 2020 sera une année historique pour l’entrée en apprentissage.

 

Centre Inffo – Quel bilan faites-vous des premières mesures déployées ?

LIRE LA SUITE